Aller au contenu principal

Subventions de recherche en partenariat

Découvrez les différentes formes que peut prendre le financement partenarial, les étapes à suivre pour planifier et réaliser un projet en partenariat et nos conseils pour en faire un succès.

Qu’est-ce qu'une subvention de recherche en partenariat?

La recherche en partenariat est un mode de recherche qui pourrait se rapprocher de la recherche-action, de la recherche collaborative ou participative. Le financement partenarial vise à soutenir des projets de recherche et d’enseignement réalisés conjointement par des équipes de professeurs et des organismes partenaires en vue d’accélérer l’application des résultats et des retombées. Elle implique la participation d’organismes partenaires tels des entreprises privées, des organismes à but non lucratif, des ministères, des municipalités, des milieux de soin, des hôpitaux, des patients ou des organisations de patients, etc. Le partenariat vise habituellement à produire un livrable (un rapport, un prototype, un logiciel, etc.) et en contrepartie, le partenaire peut offrir du financement, un accès à ses installations ou à des données ainsi que du prêt de matériel, par exemple, permettant de réaliser la recherche.

Principales subventions de recherche en partenariat

Les étapes pour planifier et réaliser un projet en partenariat

1) Trouver des partenaires

Il existe plusieurs moyens de trouver des partenaires pour réaliser un projet. En voici quelques façons.

2) Identifier les facteurs de risque et de succès

Avant de vous lancer, prenez un moment pour bien identifier les éléments qui faciliteront votre projet ou le rendront plus complexe. Nous avons regroupé pour vous quelques facteurs à considérer.

Communication en amont du projet

Afin d’assurer le bon déroulement du projet pour toutes les parties impliquées, il est essentiel de clarifier dès le départ les attentes et les obligations tant pour le ou les partenaires que pour l’équipe de recherche. Portez une attention particulière aux coûts du projet, aux frais indirects ou de gestion, ainsi qu’à la propriété intellectuelle.

Forme de projet plus énergivore

Les projets en partenariat demandent habituellement plus de temps et d’énergie pour différentes raisons. Plus de normes les entourent, leur coordination est souvent plus complexe et les équipes plus volumineuses. Puisqu’il s’agit souvent de projets d’envergure, ceux-ci nécessitent de prendre en compte plus de perspectives différentes. Dans ce type de projets, les échéanciers et les livrables revêtent également une importance accrue.

Pratiques qui favorisent la coconstruction

Améliorez les chances de réussite de votre projet en partenariat en mettant en place des pratiques qui favorisent la coconstruction. Assurez-vous de bien définir les rôles et les responsabilités des parties prenantes de votre projet, et de soutenir le travail collaboratif en mettant à profit l’expertise de chacun. 

Prenez également du temps pour bien expliquer les mécanismes propres au travail en partenariat à toutes les parties prenantes, particulièrement s’il s’agit d’une première expérience pour l’une ou plusieurs d’entre elles. De part et d’autre, soyez à l’écoute pour comprendre les besoins de chacune des parties. De bonnes habiletés de médiation vous permettront de développer une collaboration riche et fructueuse pour tous.

Finalement, prenez en compte les notions d’équité, de diversité et d’inclusion dans votre approche avec vos partenaires. Les mécanismes à mettre en place ne seront pas les mêmes si vous travaillez avec des communautés vulnérables, par exemple. 

Écosystème complexe des institutions

Les institutions d’enseignement et de recherche disposent d’une multitude de ressources pour vous accompagner, même si leur écosystème peut s’avérer complexe. Communiquez avec les administrateurs et administratrices de la recherche: ils et elles vous aideront à identifier les ressources et les mesures de soutien qui s’offrent à vous. Vous avez également avantage à utiliser les infrastructures institutionnelles pour réaliser votre projet.

3) Concevoir et définir le projet

Avant de vous lancer officiellement dans la réalisation, attardez-vous aux éléments ci-dessous.

  • Identifiez les besoins et les questions qui mobilisent les experts et les partenaires (plan d’action collectif). Définissez les retombées pour chacun des partenaires, académiques et autres, et définissez des échéanciers et des livrables ambitieux sur le plan scientifique, mais réalistes et réalisables.
  • Organisez des séances de travail pour définir le projet. Ces séances vous permettront de formuler collectivement les objectifs du projet de recherche, les méthodes d’analyse, le plan de formation des étudiants et de main-d’œuvre qualifiée, ainsi que les modalités de diffusion des résultats
  • Établissez une gouvernance adaptée au travail partenarial. Profitez de l’occasion pour établir formellement le fonctionnement du groupe incluant les mécanismes de communication, de planification des rencontres et le degré de participation de chacun.
  • Arrimez-vous aux occasions de financement. Consultez la liste des principaux financements partenariaux et la page Trouver du financement pour avoir un aperçu des occasions disponibles.

4) Réaliser le projet et entretenir le partenariat au fil du temps

Tout au long de votre projet, tenez des rencontres à intervalle régulier où vous y favoriserez des relations significatives ainsi qu’une communication ouverte et critique. Assurez-vous de maintenir les acteurs mobilisés autour d’une vision commune et d’impliquer le ou les partenaires dans la prise de décision. À différents moments au cours du projet, mesurez et évaluez le rendement du partenariat, en lien avec le plan d’action collectif (Shuhla et coll. 2016).

Agenda de la direction du partenariat de recherche (inspiré d’Eigenbrode et coll. 2017)

agenda-drection-partenariat.png

5) Concevoir le plan de transfert technologique et des connaissances

Pour assurer une bonne diffusion des résultats de recherche, formulez collectivement dès le départ le plan de mobilisation des connaissances. Assurez-vous de bien identifier les coauteurs. Selon le degré de contribution au projet du ou des partenaires, ils font souvent partie des coauteurs. 

Prenez également le temps d’identifier les moyens de diffusion de la technologie ou des connaissances, même s’ils peuvent évoluer selon les résultats de vos travaux. Plusieurs options sont possibles, comme des brevets, des articles scientifiques, des capsules vidéo ou des conférences.

Conseils et choses à savoir sur les projets en partenariat

Étant donné le degré de complexité plus élevé associé aux projets menés avec des partenaires, consultez la page Quoi considérer dans la recherche en partenariat pour vous familiariser avec les différents éléments.

Les éléments suivants favoriseront aussi la réussite de votre projet:

  • Temps: travailler avec des partenaires accélère souvent la réalisation du projet de recherche. Toutefois, structurer ces projets demande souvent un peu plus de temps que d’autres types, notamment pour regrouper les expertises afin de développer des réponses scientifiques, sociales ou culturelles, entre autres, appropriées.
  • Coconstruction: ancrer le projet dans un modèle de recherche partenariale en adoptant une perspective de coconstruction des connaissances et en permettant le développement concerté du projet (enjeux à partager, questions à prioriser, concepts à documenter, mesures à développer, etc.)
  • Gouvernance claire et en cohérence avec la logique partenariale: celle-ci vous permettra d’établir et de conserver un équilibre entre les chercheurs universitaires et les organismes partenaires. Soutenez la division du travail par un plan d’actions commun et mettez en place des mécanismes souples d’échange et d’influence réciproques favorisant la synergie.
  • Formation de main-d'œuvre qualifiée: tant pour les étudiants que les partenaires impliqués, les projets en partenariat constitue des occasions riches et stimulantes.

Ressources

Guide sur la collaboration entre les chercheurs et les utilisateurs des connaissances dans la recherche en santé

Eigenbrode, S. D., Martin, T., Morton, L. W., Colletti, J., Goodwin, P., Gustafson, R., Hawthorne, D., Johnson, A., Klein, J. T., Mercado, L., Pearl, S., Richard, T., and Wolcott, M. (2017). Leading large transdisciplinary projects addressing social-ecological systems: A primer for project directors. Online: https://www.sesync.org/leading-large-transdisciplinary-projects-addressing-social-ecological-systems; or, https://nifa.usda.gov/resource/leading-transdisciplinary-projects

Integration and Implementation Insights : Research resources for understanding and acting on complex real-world problems: https://i2insights.org/2018/05/08/leading-large-transdisciplinary-projects/

Tashakkori, Abbas, Teddlie, Charles (2002). Handbook of mixed methods in the social & behavioral sciences. Thousand Oaks (CA), SAGE Publications.